ACCUEIL

Biomagnétisme Humain

(Médecine énergétique chinoise)
Nul ne saurait dire à quand remonte la médecine énergétique dite « chinoise ». En effet, des archéologues ont retrouvé des poinçons de pierre attestant que l’acupuncture était déjà pratiquée au Néolithique (2500 ans av. J.C.). Le premier texte est le Neijing suwen (« le traité de médecine interne de l’empereur jaune ») rédigé au IIe siècle av. J.C. et qui témoigne d’une remarquable connaissance médicale.
En occident, l’acupuncture ainsi que les médecines en rapport avec l’énergétique ont toutes connu le succès, grâce aux résultats incontestables qu’elles ont obtenu.
Les principes de rééquilibrage énergétique (yin – yang) s’appuient sur un raisonnement fort simple : les 5 éléments et la notion de bipolarité Yin Yang. A chaque élément (eau, bois, feu, terre, métal) est associée une saison, un ensemble d’organes, une émotion, une odeur, une partie du corps, etc. Les chinois prétendent que tout peut être classé dans les 5 éléments. Chaque élément est relié au précédent par un simple processus d’évolution.
Et tout comme les saisons dans la nature, les systèmes physiologiques du corps sont reliés les uns aux autres, et leur jeu combiné assure le bon fonctionnement de l’organisme, de l’esprit et du mental.
C’est la circulation continue des flux d’énergie qui parcourent tout l’être (les 12 méridiens principaux et les méridiens secondaires) qui permettent cette liaison entre les différents systèmes
Le parfait équilibre des 5 éléments est maintenu grâce à cette circulation énergétique et se traduit par l’état de bonne santé.
La maladie se traduit par un déséquilibre circulatoire de l’énergie et ne signifie pas forcément l’existence d’une maladie au sens courant du terme. En effet, avant que se manifeste un état pathologique, il existe toute une série de signes précurseurs dits « fonctionnels » et qui seront à l’origine de l’apparition d’une maladie telle que nous la connaissons. Ce sont ces signes précurseurs, une sorte de temps d’incubation, qui sont intéressants aux yeux du praticien énergéticien puisqu’il pourra les analyser et faire ainsi son diagnostic énergétique.
Le diagnostic, par la méthode des 5 éléments, s’efforce de repérer l’élément en insuffisance (yin) ou en excès (yang) qui constitue le maillon affaibli de la chaîne énergétique.
Les scientifiques russes ont développé un système d’analyses et d’investigations basé sur l’analyse des champs magnétiques issus des tissus biologiques, le système d’analyses non linéaire (NLS), à l’origine d’une gamme d’appareils similaires vendus en Europe sous différents noms.  Les principes de leur fonctionnement sont les suivants :
  • tout système biologique génère de l’énergie pour maintenir la stabilité et la cohérence de sa structure (homéostasie) ; l’apparition d’une information pathogène va induire une plus grande dépense d’énergie pour maintenir cette stabilité ;
  • le système d’analyse non linéaire permet de mesurer, d’analyser et interpréter cette énergie ;
  • chaque organe et chaque cellule possèdent leur propre fréquence ; chaque processus pathologique possède également sa signature fréquentielle ; le système compare les degrés de similitude spectrale entre les fréquences d’un organe et les fréquences des pathologies et agents infectieux pour obtenir une évaluation de la dynamique des processus à l’œuvre dans l’organisme ainsi que leurs tendances ;
  • les chercheurs ont développé une base de données de fréquences qui peut être utilisée pour corriger les déséquilibres de l’homéostasie et traiter le terrain en neutralisant les conditions favorisant le développement de pathologies ; La méthode la plus simple consiste à utiliser une fréquence électromagnétique opposée afin que la somme algébrique de la fréquence pathologique et de la fréquence inversée soit égale à zéro.

Parmi les appareils existant, le Biospect Pro est le système d’analyses et traitements de l’homéostasie le plus développé à ce jour. Il permet de :

  1. évaluer le fonctionnement des organes et tissus sous forme d’une analyse topique ;
  2. évaluer les caractéristiques basiques de l’homéostasie (évaluation du terrain) ;
  3. déterminer les déséquilibre fonctionnels initiaux, leurs impacts sur l’homéostasie et leurs évolutions ;
  4. comprendre les mouvements dynamiques (adaptation/réparation/entropie) à l’œuvre dans l’organisme ;
  5. utiliser des systèmes experts permettant d’évaluer les terrains, les mouvements, créer des remèdes fréquentiels ;
  6. informer le terrain par l’envoi de fréquences adaptées et personnalisées ;
  7. contrôler l’efficacité et le résultat potentiel ou effectif de différents traitements.

Ces fonctions font du « Biospect Pro » un appareil actuellement sans équivalent dans le monde.
NB : les fréquences électromagnétiques émises par l’appareil sont extrêmement faible et sans danger pour le patient ou le thérapeute.

 

Retour